Ces petites choses pouvant gâcher vos tirages jet d’encre

 

Depuis plusieurs années maintenant, le tirage jet d’encre s’est largement démocratisé afin de devenir abordable à l’ensemble des photographes investissant tout de même un peu de temps et d’argent. Bien entendu il ne suffit pas d’acheter une imprimante ou un traceur grand format pour prétandre devenir Maître Tireur ou se dire professionnel du Fine Art comme on peut le voir sur certains sites internet
Pour autant, en commençant par suivre des règles de base très simples vous pouvez vous approcher d’une qualité tout à fait honorable en terme d’impression jet d’encre et la qualité ultime viendra ensuite avec le temps dont l’expérience s’acquière par le travail ou pourquoi pas en vous formant auprès de notre société (voir ce lien).
Aujourd’hui, nous vous proposons de commencer par connaître ce qui pourrait vous rendre agacés face à une mauvaise qualité finale mais surtout par ces petits soucis pouvant fortement vous ennuyer dans le processus d’impression jet d’encre.

Un problème souvent relaté sur les forums de la part de nombreux débutants dans le domaine du tirage jet d’encre, les traces noirs sur l’image. Ce phénomène est rarement dû à l’imprimante ou au traceur mais au fait de la hauteur de la tête qui n’est pas réglée correctement pour traiter des supports épais voir très épais, ce qui peut provoquer ces traces noires dûes à des frottement de la tête d’impression. Cependant, ce n’est parfois pas aussi simple que cela, le soucis de traces noires sur le tirage peut aussi apparaître si il existe une forte courbure du média si vous imprimer à l’aide de papier (ou canvas) en rouleau là aussi cela pourrait aussi causer ce phénomène de traces.
Lorsque qu’on constate une trop forte courbure (appelée aussi curling) la face imprimable pouvant ainsi se retrouver trop à l’intérieur de l’imprimante surtout si votre matériel n’est pas équipé d’un système d’aspiration. Autre cause pouvant apporter ce type de situation engendrant ces traces noires sur vos tirages : lorsque les médias ne sont pas chargées correctement les galets d’entraînement pouvant créer des vagues au niveau du support devant recevoir l’encre. Ces vagues pourraient entrer en contact avec la tête d’impression provoquant les traces.

Pour lutter contre ces problèmes, une approche simple pour éviter et/ou éliminer les frottement de la tête d’impression :

  • Vérifiez l’épaisseur de vos supports et augmenter la hauteur de l’écart tête en conséquence.
  • Si le support a une forte courbure, évitez de vous servir des premiers centimètres et des tous derniers centimètres du rouleau, mieux vaut parfois perdre un peu de papier que de louper ses tirages donc perdre aussi de l’encre.
  • Un soucis bien connu dans le domaine de la signalétique et dans l’utilisation d’un traceur de type solvant. En effet, sur ce type de traceur grand format, ne pas oubliez pas de régler la chauffe selon les besoins des médias. Trop de chaleur dans les premiers stades de l’impression peut causer des problèmes de vagues et de déformation du support. Nous l’avons souvent constaté chez certains de nos clients dans le domaine de la signalétique particulièrement avec du vinyle adhésif et des médias assez sensibles à la chaleur.

 

Autre soucis dont nous entendons souvent parler est la difficulté à obtenir de bons tirages noir et blanc à l’aide des encres constructeurs d’origine. Nombreux utilisateurs sont à déplorer des phénomènes de dominante colorée voir des gros problèmes de bascule (par exemple vert dans les hautes lumières et magenta dans les ombres, mais ce n’est qu’un exemple).
La plupart du temps, lorsque vous êtes confronté à ce type de situation, ceci provient d’une mauvaise qualité du profil ICC utilisé dont l’axe des gris n’est pas neutralisé ou mal neutralisé. On rencontre souvent cela avec les profils icc génériques récupérés certes gratuitement sur les sites des constructeurs d’imprimantes mais aussi chez les papetiers.
Bien entendu le profil icc sur mesure créé par certains utilisateurs à l’aide d’un spectrophotomètre ne résout pas toujours la situation. En effet posséder un spectrophotomètre ne suffit pas, il vous faut aussi posséder la connaissance de son utilisation, de ses performances mais aussi en plus des connaissance en colorimétrie posséder les connaissances en terme de densité sans oublier le fait d’utiliser les bons logiciels tels que basICColor Catch pour la mesure au spectrophotomètre mais aussi basICColor Print pour la création de profil ICC ou encore basICColor DropRGB si vous n’êtes pas expérimentés.
Un bon profil icc personnalisé se doit d’être réalisé dans les règles de l’Art. Mais il y a un mais : dans d’autres cas, résoudre le phénomène est encore plus simple : la cause est parfois située entre l’écran et le dossier de la chaise : vous !
Vous qui n’avez pas parfaitement contrôlé votre motif de test de buse avant de lancer vos impressions. Avec une utilisation pas assez régulière de votre imprimante mais aussi des temps d’arrêt d’utilisation prolongés sans parler de l’endroit de stockage de votre imprimante sans en vérifier ne serait ce que le taux d’hygrométrie, une imprimante peut voir ses buses se boucher au fil du temps. On constate parfois le fait qu’il peut y avoir une couleur complètement bouchée, donc pas d’impression de cette couleur et là inutile de vous dire qu’il vous sera impossible d’obtenir la moindre neutralité. Une couleur bouchée provoquera un changement sur vos impressions. Ceci se constatant aussi si seulement quelques trous apparaissent dans le test de buses ou lors d’un mauvais alignement des têtes d’impression.


Pour une impression jet d’encre noir et blanc; si vous êtes sûr de la qualité du profil icc et que toutes vos buses sont parfaitement en état, vérifiez votre fichier dans Photoshop ou tout autre logiciel donnant des informations de lecture à l’aide d’une simple pipette. l’épreuvage à l’écran (soft proofing) sur un écran digne de ce nom et parfaitement étalonné vous sera aussi d’une grande utilité afin de vérifier la parfaite absence de saturation au sein de fichiers.
Si vous obtenez toujours une dominante de couleur, vous pourriez alors avoir besoin des services de la S.A.S. COULEUR ET ICC proposant l’une de ses interventions sur site (voir ce lien)

Contrôler le motif de test de buses est de toute façon essentiel dans tout process de tirage jet d’encre afin d’éviter les soucis de lignage appelé aussi par son terme anglais : le banding.


Il existe deux principaux types de banding que l’on peut voir dans un tirage jet d’encre. Ces lignes apparaissent généralement de gauche à droite lorsqu’on se tient face à son imprimante et/ou traceur. Des lignes sombres ou des lignes blanches sont causées par une mauvaise condition d’impression. Pour expliquer rapidement (nous ne diffusons pas d’informations techniques gratuites sur notre site) le passage de la tête d’impression courante couvre en gros 1 pouce (8 pass = 8 têtes d’impression devront passer afin de couvrir 1 pouce de support). Si le support n’est pas alimenté correctement les passages de la tête pourraient se chevaucher les unes aux autres ou être trop large pour être alignées correctement. Si les passes se chevauchent, vous aurez des lignes sombres qui traversent le tirage. Si les passes ont un écart entre eux, vous verrez des lignes blanches. Il s’agit en fait d’une absence de couleur. Pour régler cela rapidement et facilement il vous suffit de faire un alignement des têtes de votre imprimante. Cette fonction est livrée en standard sur presque toutes les imprimantes Epson, Canon et HP pour ne citer que les trois plus gros acteurs du marché.
Pour résoudre les lignes blanches, un nettoyage devrait régler le soucis, mais si vous trouvez plusieurs trous sur une seule couleur q’un nettoyage de buse ne corrige pas toujours, il vous suffit de lancer une petite impression avec une couleur unie qui représente le mieux les buses en question. Ce type de banding est généralement perceptible sur une couleur bien précise. Mais ATTENTION ! autant un banding dans les basses lumières peut être causée par un bouchage au noir autant pour pour un bnading dans les rouges demandera de vérifier la combinaison de magenta et du jaune.
Au besoin, examinez vos impressions de près ou à l’aide d’une loupe ou d’un bon compte-fils

 

Autre soucis qui fait souvent couler beaucoup d’encre sur internet : la saturation d’encre (à ne pas confondre avec la notion de saturation en couleur). Chaque média ou support que vous imprimez dispose de ses propres caractéristiques et il vous est donc utile de connaître pour savoir ce qui lui est possible d’encaisser. Lors de notre formation tirage Fine Art ou encore au sein de la DOC ACADEMY dont les inscriptions se terminent bientôt pour la saison 2018-2019, nous vous proposons de vous apprendre comment quantifier le bon dosage. Ce dernier est bien entendu déterminant pour la qualité de vos couleurs et cette quantité d’encre doit être gérer au préalable afin qu’il n’y ai pas trop. Les problèmes d’artefacts d’encre sont bien plus visibles dans des couleurs unies. Dans la capture ci-dessus le pavé vert montre de nombreux défauts d’encrage venant s’accumuler dans ce canvas brillant. Pour y remédier, commencez par utiliser un type de support approprié qui émet seulement la quantité nécessaire d’encre pour le support en question. Si l’information n’est pas communiquée par la marque de papier (ce qui arrive peu ou pas avec une bonne marque comme les nombreuses références de papier proposées sur le Store de notre société) il vous faudra expérimenter avec par exemple le réglage de la densité des couleurs (Epson). Ce réglage se trouvant dans l’onglet de configuration du papier dans le pilote Epson. Inutile de vous dire que le fait d’agir sur le curseur en question rendra votre profil icc générique totalement caduque en ce sens où l’établissement d’un profil icc est aussi lié au paramètres mis en place au sein de votre driver d’impression. Là aussi, une fois le bon encrage déterminé, un profil icc sur mesure vous permettra d’obtenir les meilleurs résultats.

Derniers points souvent décrié : l’absence de détails dans les ombres. A ce niveau, certains voudraient vous faire croire qu’il vous faudrait deux types de profil icc par exemple un profil icc X et un autre profil icc Y visant à corriger les ombres… Vaste méconnaissance du process image. En effet, ce n’est pas le profil icc qui doit corriger l’image mais l’intervention humaine devant faire en sorte de traiter l’image en conséquence et en connaissance de sa destination. Un profil icc doit certes en premier lieu être parfaitement construit mais il n’est pas là pour corriger l’image, son but étant de la restituer sur le support choisi. Si vous remarquez une perte ou une absence de détails dans les zones les basses lumières de votre impression, commencez par vous assurez que vous avez la charge d’encre appropriée. Si vos paramètres de support sont les bons, il peut être temps pour obtenir un nouveau profil icc personnalisé. Le profil ICC sur mesure contrôle la couleur en sortie, mais il ira également lisser les dégradés tout en préservant la qualité des basses lumières disponibles au sein de votre fichier.
Sur le point des dégradés, cette notion est importante aussi dans les tons chair pour vos photographies de portrait. C’est pour cela que lors de nos formations ou encore au sein de la DOC ACADEMY nous enseignons comment intégrer 800 tons chair dans une mire d’étalonnage